ACTUALITES - R.D.B

DÉCLARATION : LE PARTI R.D.B SE RETIRE DE LA PLATE-FORME CNARED.

4. Au lieu de focaliser son attention sur la recherche d’une solution durable à ce chaos dans lequel notre pays est plongé, la présidence actuelle du CNARED, qui est au milieu de son troisième mandat et qui veut se pérenniser en utilisant une série de magouilles, a transformé la plate-forme en un outil de positionnement et non de lutte pour le retour à la normalité dans notre pays . Il est dès lors normal que ce chaos dans lequel Pierre NKURUNZIZA plonge notre pays est le cadet des soucis de ladite présidence. Pire encore, le virus de NYAKURIZATION qui consiste à créer une aile fantoche d’une organisation politique dans le but d’affaiblir ou de neutraliser son leadership réel est devenu le mode de gouvernance du CNARED qui assure une pérennisation du président actuel au sommet de la plate-forme.

5. Le CNARED, qui avait été conçu pour être une plate-forme des partis politiques et de quelques personnalités en vue de défendre l’Accord d’Arusha et restaurer la démocratie au Burundi, est devenu un club d’amis de son président actuel débauchés, à quelques exceptions près, de leurs partis politiques grâce au fameux stratagème de NYAKURIZATION.

6. Suite au dysfonctionnement et paralysie des activités du CNARED, le parti R.D.B s’est retiré du comité exécutif de la plate-forme depuis le 29 août 2018 et était en train de réévaluer son appartenance à cette plate-forme. Ce processus est ainsi arrivé à terme et la conviction du parti R.D.B est que le CNARED dans sa forme actuelle ne peut plus servir de cadre politique incarnant la lutte pour le rétablissement de l’Accord d’Arusha. La conclusion du parti R.D.B est que le CNARED a été récupéré par quelques individus qui utilisent actuellement cette plate-forme pour la défense et la promotion de leurs ambitions et intérêts personnels.

7. Le parti R.D.B s’est par conséquent rendu compte que certains membres du CNARED veulent façonner une organisation politique cohérente avec leur modèle autoritaire afin de lutter pour leurs intérêts, biens et confort personnels au détriment des intérêts de la société. Or, le parti R.D.B avait participé à la création du CNARED dans le but de contribuer à la défense de l’Accord d’Arusha et non à la mise en place d’une coalition électorale ou d’une plate-forme politique orientée vers la défense des intérêts d’un homme ou d’un groupe d’hommes, d’un parti politique ou d’un groupe de partis politiques. Parce que la présidence actuelle du CNARED a tourné le dos aux objectifs de création de cette plate-forme, le parti R.D.B se retire de cette plate-forme à partir de ce 09 janvier 2019.

8. De plus, le parti R.D.B ne pouvait plus siéger dans un CNARED dont certains membres sont devenus des grands alliés du régime burundais en lui versant notamment des grosses sommes d’argent sous prétexte de contribuer à une autre comédie électorale en 2020, en complicité avec la présidence actuelle de la plate-forme. D’autres encore viennent de reconnaître officiellement avoir développé des relations de confiance avec les responsables du Service National des Renseignements Burundais (S.N.R) et les dirigeants actuels du pays avec lesquels ils affirment se rencontrer fréquemment pour partager un verre dans une ambiance cordiale et négocier sur certaines choses y compris en rapport avec le CNARED. Le parti R.D.B a ainsi compris pourquoi le régime burundais refuse toujours des négociations inclusives sous médiation internationale : c’est parce que certains opposants membres du CNARED continuent de négocier secrètement avec ce régime et sont devenus ses alliés tout en continuant de chanter des slogans de l’opposition pour des raisons stratégiques de ce régime.

9. Le parti R.D.B est donc forcé de quitter cette plate-forme et espère continuer la lutte pour le rétablissement de l’Accord d’Arusha dans un autre cadre politique capable d’incarner cette lutte et ayant un leadership efficace, crédible et cohérent.

Fait à Kampala, le 09 Janvier 2019

Pour le Rassemblement des Démocrates Burundais, R.D.B

Jérémie MINANI

Président du Parti.

PUBLICATIONS

PARTENARIAT